Le Chabat , La Mitsva de participer aux préparatifs du Chabbat

 

בס״ד

Avec l'aimable autorisation de Rav Chimone BAROUKH, extrait de son ouvrage 'Le Chabat'.

 
 
1°) Il est dit dans la Torah: "Et le sixième jour (Vendredi), ils prépareront ce qu'ils auront apporté" (Chémot 16/5).
 
   Nous apprenons de ce verset que le vendredi, dès le lever du jour, il est important de s'empresser afin de préparer tout ce qui est nécessaire pour le Chabbat.
   D'après certains décisionnaires, ceci est l'une des 613 Mitsvot.1
 
2°) Il faudra se consacrer à ces préparatifs avec joie et enthousiasme.
   On investira les mêmes efforts et la même vivacité dont on aurait fait preuve si le roi venait nous rendre visite. On ordonnera la maison et on en fera disparaître la moindre des salissures.
   On participera soi-même aux préparatifs et aux achats afin de mener à bien toutes les tâches nécessaires.
 
Participer soi-même aux préparatifs
 
3°) D'après certains décisionnaires, la Mitsva de participer aux préparatifs de Chabbat fait partie de la catégorie de Mitsvot que l'on doit faire soi-même et qu'il n'est pas possible d'accomplir par le biais d'une tierce personne.2
 
   Plusieurs exemples peuvent illustrer cela: Mettre les Téphiline, manger de la Matsa, prendre le Loulav ou manger dans la Soucca, bien entendu, toutes ces actions doivent être accomplies par chacun d'entre nous.
   Il serait inconcevable de penser que la consommation d'un repas dans la Soucca se rapporterait à une autre personne ne se trouvant pas elle-même dans une Soucca.
 
  Selon d'autres décisionnaires, le fait de se défaire de son devoir de préparer Chabbat et de charger d'autres personnes pour cela, constitue un déshonneur envers la Mitsva.
   En effet, l'investissement de sa personne dans une tâche quelconque, prouve l'importance et la considération que l'on y attache.
 
   Nos Sages, bien qu'étant consacrés à l'étude jour et nuit et ayant l'esprit absorbé totalement par des pensées de hauts niveaux, coupaient du bois pour le combustible nécessaire aux plats du Chabbat, participaient à la cuisson de la viande, à la préparation des mèches pour les "bougies" du Chabbat ou aux achats des fruits et légumes (Talmud Chabbat 119a).
 
   La conduite de nos Sages est un modèle de la perfection à atteindre, nous devons prier pour mériter de vouloir leur ressembler !
 
  Le Ari-Zal (Rabbi Itshak Louria / 1534-1572) écrit: "La sueur provoquée par les efforts de chacun lors des préparatifs du Chabbat permettra d'effacer les éventuelles fautes figurant dans les "dossiers" du tribunal céleste.3
   Rabbi Avraham Halévi (contemporain du Ari Zal) avait l'habitude de faire lui-même les achats pour Chabbat. Il retournait à la maison pour déposer séparément chacun des achats qu'il faisait au fur et à mesure.
   Face aux étonnements de ses élèves, il s'exprima ainsi: "Chaque pas que je fais en l'honneur du Chabbat est considéré dans le ciel comme étant une Mitsva différente"
   Cet entrain et cette ardeur ont sûrement leur origine dans la conduite de Rav Na'hman Bar Its'hak qui entrait et qui sortait à plusieurs reprises avec des charges sur les épaules afin de préparer le Chabbat (Talmud Chabbat 119a).
 
Quand faire ses achats ?
 
4°) Il est recommandé d'attendre la veille de Chabbat pour faire les achats et se consacrer aux préparatifs. En effet, on remarquera davantage, que tous nos efforts sont en l'honneur du Chabbat.4
 
5°) Les aliments nécessitant une longue préparation pourront être achetés auparavant afin de pouvoir les préparer correctement.
   S'il est possible de trouver une meilleure qualité en attendant la veille du Chabbat (même si cela n'est pas certain), il faudra patienter pour faire ses achats.
 
6°) En ce qui concerne les 'Hallot, il est fortement conseillé de les cuire le vendredi pour la raison mentionnée dans le paragraphe 4.
   De plus, en agissant de la sorte, les 'Hallot auront un bien meilleur goût.
   En cas de nécessité, il sera possible de devancer la cuisson au jeudi comme nous le verrons dans le Chapitre 4, paragraphe 3.
 
7°) Il est possible d'acheter depuis le début de la semaine un aliment ou tout autre chose que l'on risquerait de ne plus trouver sur le marché si l'on attend la veille du Chabbat.
   En hiver où les journées sont courtes, il sera possible de devancer les achats au jeudi.5
   De même, si pour une quelconque raison on ne disposera pas de temps suffisant, il sera tout à fait permis de devancer ses achats au début de la semaine (Cf. Chapitre 1, paragraphe 1: "Nos Sages racontent à propos de שמאי הזקן ...").
 
   Bien qu'il y ait  une interdiction de s'occuper de ses affaires personnelles avant de faire la prière du matin, il sera permis de faire l'achat des aliments pour Chabbat que l'on risquerait de ne plus trouver par la suite.
 
Ordonner la maison, aiguiser les couteaux
 
8°) Le vendredi, on a l'habitude dans toutes les familles de nettoyer la maison et de dresser la table en l'honneur du Chabbat.
   D'après un grand nombre de décisionnaires, il est fortement recommandé de faire ces tâches en fin d'après-midi 6 (environ 1 heure et demie avant l'allumage des bougies) ou tout au moins à partir de la 5ème heure de la journée (les heures dont il s'agit ici  ne sont pas composées de 60 minutes, elles varient selon les périodes de l'année, Cf. Chapitre 20, paragraphe 3).7
 
9°) Le nettoyage de la maison en l'honneur du Chabbat comprend également le fait de se débarrasser des éventuelles toiles d'araignées se trouvant sur les murs.
   Il faudrait donc les retirer avant le début de la 5ème heure de la journée, moment à partir duquel la sainteté du Chabbat se fait sentir dans les foyers.8
   Il est rapporté dans les écrits de la Kabbale que la présence de toiles d'araignées à la maison n'est pas favorable pour le "Chalom Baït" (la paix dans le foyer).
 
10°) Il est bon d'aiguiser les couteaux à l'approche du Chabbat, ceci fait partie des préparatifs nécessaires aux repas de ce grand jour.9
   Il est rapporté dans les écrits de la Kabbale que le fait d'agir de la sorte éloigne de la personne toutes les forces du mal pouvant détourner et empêcher les bénédictions revenant à chacun.10
   Il va sans dire que les couteaux déjà aiguisés et les couteaux à dents n'ont besoin d'aucune préparation particulière.
 
L'étude de la Torah à l'approche du Chabbat
 
11°) La Mitsva d'étudier notre sainte Torah repose sur chacun d'entre nous à chaque instant libre durant la vie, chaque mot prononcé équivaut à  t o u t e s  les Mitsvot de la Torah.
   Cependant, à l'approche du Chabbat, il faudra interrompre son étude et se consacrer aux préparatifs du Chabbat.11
   Si les membres de la famille sont disponibles pour s'occuper des préparatifs, il suffira de faire une tâche quelconque (préparer les bougies ou les mèches, faire une partie des achats, ou ordonner une partie de la maison) et reprendre son étude.
 
  ? Attention ! En aucun cas, une Mitsva, aussi grande soit-elle, justifierait des discordes ou des querelles au sein de la famille. Il faut donc agir avec prudence, compréhension et finesse d'esprit.
 
  • Pour inciter la communauté à préparer correctement le Chabbat, on a annulé dans certains endroits les cercles d'étude fixés au vendredi matin.12
 
Les achats en l'honneur du Chabbat
 
12°) Il faut honorer le Chabbat en achetant des plats et des boissons agréables.13
   En général, pour accomplir cette Mitsva on achète de la viande et du vin.
   Il faudrait également préparer au moins deux plats différents pour les repas de ce grand jour.
   Si les moyens financiers de la personne sont restreints, il faudra réduire les dépenses de la semaine afin de pouvoir honorer le Chabbat comme il se doit.
   Nos Sages disent:
 
   "Tous les moyens de subsistance nécessaires à l’être humain sont fixés à Roch Hachana pour l’année à venir, exceptées les dépenses faites pour le Chabbat, les fêtes et l'éducation de ses enfants (Cf. Chapitre 6, fin du paragraphe 6).
   Non seulement les dépenses faites pour ces choses seront remboursées, mais on lui accordera du Ciel des moyens supplémentaires pour le récompenser" (Talmud Beïtsa 16a).
 
 D'après certains commentateurs, toutes les dépenses faites pour le Chabbat sont doublement remboursées, d'après certains autres, cent fois ou mille fois plus.
   Bien entendu, cette récompense dépend de la foi en D. investie dans les actions de chacun.
 
   Les deux histoires suivantes illustrent bien les paroles de nos Sages:
 
   Un homme se nommant Yossef était connu pour sa façon d’honorer le Chabbat, il avait un voisin non juif, très riche, qui consultait fréquemment les astrologues.
   Un jour, ces derniers lui annoncèrent que toute sa richesse allait tomber dans les mains de son voisin Yossef.
   Décidé d’empêcher l’accomplissement de cette mauvaise nouvelle, il vendit tout ce qu’il possédait et acquit avec la contre partie une pierre précieuse de grande valeur qu’il cacha dans la doublure de son chapeau. Ainsi il était certain de sécuriser son pécule.
   Un jour, passant sur un pont, un grand coup de vent fit tomber son chapeau dans le courant d’eau qui passait en dessous, et un poisson qui se trouvait non loin de là, avala la belle pierre.
   Une fois pêché, ce poisson ne trouva pas d’acheteurs étant donné son prix élevé, c’est alors que l’on conseilla aux pêcheurs d’aller trouver Yossef, celui qui honore le Chabbat par de bons plats …
   On devine dès lors, la grande joie qu’il éprouva en ouvrant le poisson et la reconnaissance qu’il eut envers Hachem (Talmud Chabbat 119a).
 
 
    Rabbi 'Hiya fut invité chez une famille. Au moment du repas on lui présenta les différents plats sur une table en or tellement lourde qu’il fallait seize personnes pour la soulever.
   Il y avait toutes sortes de bonnes choses à consommer.
   Tout émerveillé devant ce "spectacle", Rabbi 'Hiya dirigea son regard vers le chef de famille qui lui expliqua:
   "Lorsque j’étais boucher et que j’apercevais une belle bête, je ne la mettais pas en vente, je la réservais pour mes repas du Chabbat" (Talmud Chabbat 119a).
 
  • Il est rapporté dans le Zohar que toute personne honorant le Chabbat en dressant une table richement garnie à chaque repas, méritera le Roua'h Hakodech.
   Le Roua'h Hakodech est une faculté divine permettant à l'être humain de connaître certaines choses sans faire appel aux cinq sens dont il est doté. Ainsi, il lui sera possible de prévoir l'avenir ou de pressentir des choses imperceptibles par tout un chacun.14
 
13°) Il faut s'efforcer d'acheter de la viande et de la farine de bonne qualité car ces deux aliments sont l'essentiel des repas du Chabbat (Cf. Chapitre 18, paragraphe 38).
   On choisira également du poisson, de l'huile (pour l'allumage ou la cuisson), du vin, des légumes, des fruits et des épices de bonne qualité pour honorer les repas du Chabbat.15
   Dans certaines communautés, on s'efforce d'acheter du Myrte ou toutes sortes de plantes parfumées afin d'en profiter durant Chabbat après avoir récité les bénédictions requises.
 
Chaque personne pourra honorer le Chabbat en consommant un plat ou un aliment qu'elle apprécie particulièrement.
   Les 'Hakhamim n'ont institué la consommation de viande et de vin qu'en raison du fait que la majeure partie des gens éprouvent un plaisir particulier en consommant ces deux aliments.
   Nos Sages racontent dans le Talmud: 
   Rabba, le fils de Rav Houna, se trouvait chez Rav Na'hman pour le Chabbat.
   Durant les repas, on dressa une table richement garnie avec une grande quantité (environ 30 kg) de pain d'excellente qualité, enduit de miel et d'huiles.
   A la vue de ces splendides repas, Rabba, tout surpris et émerveillé, s'adressa au maître de maison en disant: "Mais comment saviez-vous que j'allais me trouver chez vous durant ce Chabbat ?!"
   C'est alors qu'on lui répondit: "C'est en l'honneur du Chabbat que nous avons l'habitude de préparer de si bonnes choses en telles quantités" .... (Chabbat 119a & 'Houlin 111a).
 
14°) Si le fait de faire des dépenses pour le Chabbat entraîne des discordes ou des querelles au sein de la famille, il faudra se retenir afin de faire régner la paix dans son foyer.16
   Rabbi Yéhouda 'Hassid (≈1150-1217), l'auteur du Sépher 'Hassidim, rapporte à ce sujet le verset suivant:
 
   "Mieux vaut un plat de légumes quand on s'aime, qu'un bœuf gras quand on se hait " (Michleï 15/17).
 
  • Il est possible (et même souhaitable) de restreindre ses dépenses pour le Chabbat si l'intention est de distribuer de l'argent en tant que Tsédaka aux plus démunis ou d'utiliser l'argent économisé pour les dépenses nécessaires à d'autres Mitsvot (achat de Téphiline, Mézouzot, etc.).
 
  Le Midrash suivant illustre bien la conduite à avoir lorsque l'on est présence de personnes démunies, supportant péniblement la pauvreté et la faim:
 
   Le roi David a rempli de très grandes réserves d'or et d'argent afin de préparer la construction du Beth-Hamikdach, mais Hachem n'approuva pas cette "conduite" car il aurait dû utiliser ces réserves pour aider ceux qui n'avaient pas les moyens de faire face à la famine qui a frappé le peuple durant son règne.
 
Dire clairement: "הרי זה לכבוד שבת"
 
15°) D'après le Ari Zal, il faut dire clairement au moment des achats qu'ils sont fait en l'honneur du Chabbat, ainsi, la sainteté de ce grand jour les investira.17
   On peut dire par exemple: "הרי זה לכבוד שבת" (Hareï zé likhvod Chabbat).
   D'après certains, avant même de sortir de chez soi pour faire ses achats, il est bon de dire clairement que l'on s'apprête à faire les achats en l'honneur du Chabbat et de mentionner le verset: "Et le sixième jour (Vendredi), ils prépareront ce qu'ils auront apporté" (Chémot 16/5).
 
16°) Le Ari zal distingue trois catégories de préparatifs pour le Chabbat: Ceux que l'on effectue par le biais de la pensée, de la parole et de l'action.18
 
  • Les actions telles que le rangement de la maison, les achats, la cuisson des plats, la préparation des bougies ... font partie de la troisième catégorie.
  • L'étude de la Paracha, du חק לישראל ('Hok Léisraël) ainsi que la phrase prononcée au moment des achats font partie de la seconde catégorie.
  • Les préparatifs de la troisième catégorie s'effectuent depuis le mercredi en se préparant moralement à recevoir les différents niveaux de sainteté dont nous bénéficions durant Chabbat.
 
17°) Bien que nous ayons mentionné au début de ce chapitre l'importance des préparatifs du Chabbat lorsqu'ils sont effectués le vendredi, tôt le matin; il conviendra tout de même de préparer certaines choses en fin d'après-midi, à l'approche du Chabbat (avant l'allumage des bougies).19
   En effet, c'est à ce moment qu'arrive le Chabbat et il conviendrait donc de ne pas rester indifférent et inactif. Il suffira pour cela de faire une ou deux actions telles que la préparation des bougies, le cirage des chaussures ou le brossage des habits ...
   Certains Tsadikim avaient l'habitude de pratiquer cette Halakha en l'honneur du Chabbat, chacun à sa manière.
  
? Attention ! Les femmes doivent s'efforcer de terminer à temps tous les préparatifs afin de pouvoir allumer les bougies de Chabbat avec un esprit serein, dans une atmosphère paisible et habillées convenablement. 20